S'outiller | Banque d'activités collaboratives

Travailler la phrase de base en bougeant

  • Activité
  • 3e année, 4e année, 5e année, 6e année
  • 40 min

Auteur(e)s : Josée Nadeau, enseignante

Travailler la phrase de base en bougeant

Activité active permettant d’enseigner (ou de réviser) la phrase de base tout en bougeant!

Mon activité propose d’utiliser la glissade des modules (voir ‘Photos’) mais peut facilement s’adapter pour se réaliser avec ou sans glissades (voir les idées de variantes proposées dans l’onglet ‘Précisions’).

Domaines d’apprentissages

  • Français

Compétences transversales

  • Communiquer de façon appropriée
  • Coopérer
  • Exercer son jugement critique

Avant l’activité : lire le déroulement afin de choisir où vous ferez l’activité et avec quel matériel. Voir les ‘Photos’ pour inspiration.

Avec les élèves (en classe intérieure ou extérieure) :

  • Expliquer aux élèves que la phrase commence toujours par une majuscule et se termine par un point.
  • Elle est composée, au minimum, de deux constituants obligatoires: le sujet et le prédicat. Ceux-ci doivent se suivre dans un ordre précis.
  • Elle peut contenir un constituant supplémentaire, qui est facultatif: le complément de phrase.
  • À l’extérieur, placer les élèves en équipes de quatre.
  • Leur demander aux élèves d’écrire une phrase de base (avec ses deux constituants obligatoires, le sujet et le prédicat).
  • Lire les phrases des élèves et corriger, au besoin.
  • Assigner à chaque élève (ou leur demander de le faire eux-mêmes) une composante de la phrase (élève 1 : majuscule, élève 2 : sujet, élève 3 : prédicat, élève : 4 point : complément de phrase). L’idéal est d’avoir une représentation visuelle de la composante de la phrase qu’ils vont représenter (voir Photos). Donc si vous avez, par exemple, des cartons (1/élève), chacun peut écrire ou dessiner la composante de phrase qu’il va ‘jouer’.
  • Leur demander d’aller glisser ‘dans le bon ordre’ (majuscule, sujet, prédicat et point : laissez-les s’organiser pour voir s’ils se rappellent de la structure de la phrase et comment ils collaborent).
  • En glissant, chaque enfant dit à voix haute son ‘rôle’. Par exemple : ‘Majuscule’ / ‘les arbres’ / ‘ont des branches’ / ‘point final’.
  • Demander au élèves de glisser en changeant l’ordre du sujet et du prédicat. Demander si la phrase a du sens. Les élèves prennent alors conscience de l’ordre à respecter.
  • Leur demander d’ajouter un complément de phrase (et déterminer qui va le dire).
  • Retourner glisser en respectant toujours l’ordre (majuscule, sujet, prédicat, complément de phrase et point).
  • On entend les élèves dire chacun leur tour en glissant: ‘Majuscule’ / ‘les arbres’ / ‘ont des branches’ / ‘pour pouvoir vivre’ (par exemple)/ ‘point’.
  • Faire déplacer le complément de phrase au début de la phrase ou entre le sujet et le prédicat et leur demander si la phrase a du sens.
  • Refaire glisser dans l’ordre en ajoutant cette fois-ci la ou les virgules nécessaires. On entend: ‘Majuscule’ / ‘pour pouvoir vivre’ ‘virgule’ / ‘les arbres’ / ‘ont des branches’ / ‘point’. Ou bien : ‘Majuscule’ / ‘les arbres’ ‘virgule’ / ‘pour pouvoir vivre’ ‘virgule’ / ‘ont des branches’ / ‘point’.
  • On peut demander aux élèves d’écrire une autre phrase en changeant de personnage ou de constituant.
  • Que vous leur fassiez faire une glissade, de la course, des sauts ou des roulages : l’important est que l’élève bouge en nommant la composante de la phrase qu’il représente, puis se place en ligne avec les autres élèves de son équipe pour analyser la structure de la phrase. Le carton / ardoise permet aux élèves de vérifier si leur phrase est bien construite et de se corriger au besoin (également pratique pour l’enseignant.e qui veut prendre des photos et les utiliser en classe).
  • Au minimum, il est pratique que les élèves aient une feuille ou une ardoise pour écrire leur phrase, et des cartons pour indiquer l’élément de la phrase qu’ils vont représenter / ‘jouer’. En plastifiant les cartons, vous pourrez écrire/réécrire dessus plus facilement. Vous pouvez aussi prévoir de petits cartons à glisser dans des cocardes (afin de les protéger).
  • J’ai utilisé les personnages du livre ‘Les habitants du village de La Phrase’ (voir photos).
  • Idéalement : Cartons plastifiés ou petits tableaux blancs (ardoises) pour écrire le sujet, le prédicat et le complément des équipes.
  • Truc : mes affiches de compléments ont une paire de jambes pour faire comprendre aux élèves qu’ils peuvent se déplacer !
  • Les élèves ont adoré cette activité! La notion de constituants de la phrase est une notion très abstraite et difficile à comprendre alors pourquoi ne pas passer par une expérience physique et sensorielle pour la faire comprendre aux élèves?
  • Vous pouvez prendre des photos pour faire des rappels en classe lors des futurs projets d’écriture.
  • Variante : Au lieu de les faire glisser (si vous faites l’activité à l’automne ou encore si vous n’avez pas de butte de neige): leur demander de suivre un trajet. Exemple : sauter à un pied jusqu’à l’arbre, faire deux roulades ou ramper sur la neige…
  • Autre variante : On peut aussi utiliser divers jeux à faire en équipes. Par exemple : les élèves d’une même équipe bougent et dansent ensemble pendant 20 secondes et au signal, ils doivent se mettre en ligne le plus rapidement possible pour former une phrase cohérente (ils se montrent leurs cartons et décident qui se place où).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci à nos partenaires!