S'informer

La nature pour enseigner en nature : avril mai et juin

Auteur(e)s : Izabelle Houde, enseignante en 5e année à l’École des Jeunes-du-Monde, Québec

La nature pour enseigner en nature : avril mai et juin

Avril. L’année scolaire est déjà sur ses derniers mois. Les saisons ont, encore une fois, défilé à toute vitesse. C’est le cycle des choses. Nous connaissons maintenant nos élèves sur le bout de nos doigts et nous avons certainement réalisé plusieurs activités sous le thème de l’environnement ou du développement durable (consulter les objectifs de l’ONU à atteindre d’ici 2030 : https://www.undp.org/content/undp/fr/home/sustainable-development-goals.html).

Heureusement, au travers cette année pour le moins particulière, le printemps se pointe enfin le bout du nez et nous offre des signes d’espoir et de renouveau. L’été sera bientôt à nos portes ainsi que de nombreuses opportunités d’apprentissage. Les pistes d’activités pédagogiques en lien avec des ouvrages littéraires sont d’ailleurs multiples et variées afin d’accueillir la renaissance et la lumière.

Voici donc des idées concrètes et faciles d’activités d’apprentissage basées sur la littérature à réaliser en classe (ou idéalement à l’extérieur, ou encore suivant une sortie à l’extérieur) afin de continuer de développer les valeurs liées à des thèmes sociaux et environnementaux. À noter que les activités sont facilement modifiables, peu importe le niveau scolaire.

En espérant que ces titres vous amènent du réconfort et de l’espoir pour accompagner vos élèves jusqu’en juin. Nous méritons tous un peu de douceur et de chaleur…

Avril, mai et juin : vers la renaissance et la lumière !

1. Album Le destin de Fausto d’Oliver Cheffers (éditions Kaléidoscope).

À l’approche du Jour de la Terre (22 avril), cet album est sans contredit dans mes coups de cœur de la dernière année. Raconté comme une fable coup de poing, plusieurs morales et comparaison avec la réalité peuvent être dégagées par les élèves. Cet album est idéal pour aborder une réflexion philosophique sur l’égo démesuré de l’Homme et son désir de tout posséder.

Il serait intéressant de sortir à l’extérieur pour observer et tenter de déterminer ce qui peut « appartenir à quelqu’un » versus ce qui « appartient à tout le monde ». Il serait aussi pertinent d’aborder la force des éléments et ce sur quoi nous avons un contrôle, ou pas. Une belle action collective pourrait également être posée pour aider l’environnement concrètement plutôt que de seulement « parler » comme le fait Fausto dans l’histoire: nettoyage de la cour d’école, plantations de fleurs, etc.

2. Album Pour quelques gouttes d’eau d’Anne Jonas et Marie Desbons (éditions Buveur d’Encre).

Pour quelques gouttes d'eau par Anne Jonas, Marie Desbons | Jeunesse | 3-6 ans | Leslibraires.ca

Voici un autre bel album qui pourrait être exploité pour le Jour de la Terre et qui traite d’un thème peu vécu ici : la rareté de l’eau. Dans un village, une petite fille doit parcourir tous les jours une longue distance sans renverser une seule goutte d’eau. Elle se laisse toutefois souvent distraire et en renverse, à sa grande tristesse. Elle est loin de se douter qu’en fait, elle sème la vie sur son chemin… Cette magnifique histoire nous fait voyager dans une autre culture et nous permettrait de faire des recherches pour comparer la consommation d’eau moyenne d’un citoyen d’ici ou d’ailleurs dans le monde.

Nous pourrions aussi sortir à l’extérieur et dresser une liste de tout ce que nous observons qui a besoin d’eau pour grandir ou survivre. Des activités de sciences concernant les principes de flottabilité ou encore la différence entre l’eau douce et l’eau salée seraient aussi fort pertinentes. Une activité d’art où les enfants se mettent devant un mur de briques et se font arroser afin de laisser leur silhouette comme empreinte seraient aussi vraiment chouette! Des chaudières pourraient même être disposées à l’extérieur pendant un mois pour récupérer l’eau de pluie et ainsi mesurer les précipitations afin de faire des mathématiques.

3. Album L’épouvantail de Beth Ferry et Les frères Fan (éditions Scholastic).

Cet album, est mignon comme tout! Les illustrations sont douces et magnifiques, les plans et les angles de vue sont mémorables! C’est un livre « doudou » qu’il est bon d’avoir dans sa bibliothèque de classe et qui parle d’apprivoiser les autres, de l’importance de développer une amitié basée sur la confiance et la liberté, d’adoption même. De plus, l’histoire nous permet de vivre un cycle complet des saisons. Il est donc tout indiqué pour terminer l’année scolaire.

De belles discussions pourraient être envisagées avec les élèves sur le thème de l’amitié. En sciences, un parallèle intéressant avec les cycles (cycle de l’eau, cycle de vie des plantes, etc) serait approprié. Une activité de construction d’épouvantail ou de cabane à oiseaux serait aussi pertinente. Un projet d’art pour se représenter en épouvantail pourrait également être drôle et amener les élèves à se demander « Qu’est-ce que j’attire ou non à moi? ». Finalement, il serait possible d’aller à l’extérieur et de tenter de ne pas bouger du tout pendant un certain laps de temps, comme un épouvantail, pour ensuite écrire tout ce qu’on a observé, vu et entendu.

4. Album Invisible de Tom Percival (éditions Scholastic).

Cet album est mon énorme coup de cœur des dernières semaines! Il raconte l’histoire d’une petite fille vivant avec sa famille qui éprouve des soucis financiers. Un jour, ils doivent déménager dans un quartier plus défavorisé. Elle devient triste, se sent invisible et « s’efface » de plus en plus, jusqu’à ce qu’elle découvre qu’on existe souvent par tout le bien qu’on peut faire autour de soi, que c’est en posant de petits gestes qu’on réussit à faire une différence. C’est un album magnifique, pas du tout moralisateur, qui axe sur la solidarité et l’importance de l’implication citoyenne. On a bien besoin de ce genre d’histoire en ce moment!

De belles activités de discussion concernant les responsabilités, les droits et les valeurs pourraient être envisagées. Un projet collectif pourrait aussi être entamé pour améliorer ou embellir concrètement votre milieu ou pour venir en aide à un organisme près de votre école. En allant à l’extérieur, il serait possible d’essayer d’aller à la « chasse aux petits trésors », ces découvertes qui nous semblaient invisibles avant qu’on y porte attention.

5. Album Ma nouvelle maison de Mélissa Castrillon (éditions de La Martinière).

Ma nouvelle maison | Archambault

Dans cet album au format intéressant et contenant très peu de texte, toute la place est laissée aux illustrations qui rappellent les vieilles estampes et la sérigraphie. L’histoire est celle d’une petite fille vivant à la campagne et heureuse de tout ce que la nature a à lui offrir. Un jour, elle doit déménager en ville suite à un nouvel emploi pour ses parents. Elle semble alors découragée par les blocs de béton, les immeubles et le peu de verdure. Elle plantera une graine qui engendrera de grands changements… Encore une fois, c’est un très bel album qui nous rappelle que chaque petit geste compte et que nous pouvons tous engendrer le changement dans notre communauté.

Un projet de jardinage pourrait suivre la lecture de ce livre. La fabrication de « bombes de graines » serait aussi vraiment divertissante pour ensuite aller prendre une marche dans le quartier et les répandre. Apprendre à reconnaître les plantes, les arbres et leurs différents moyens de reproduction serait également une activité tout-à-fait pertinente à réaliser en sciences.

5. Album La grande collection de bestioles d’Alex G. Griffiths (éditions Kimane).

Avec l’arrivée du printemps, nous pouvons observer les insectes et autres bestioles qui semblaient avoir disparu pendant la saison hivernale. Dans cet album très amusant, nous découvrirons donc les collections, mais aussi l’importance de la biodiversité. Le fait que le petit garçon très curieux soit accompagné de son papi rend aussi l’histoire touchante et nous amène à réfléchir sur les connaissances et la sagesse des ainés.

Une multitude d’activités seraient possibles suite à la lecture de cet album comme : l’observation des insectes à l’extérieur (à l’œil nu ou encore à l’aide de loupes et même de petites cages d’observation), un atelier de dessin au fusain d’un insecte en particulier en travaillant des concepts mathématiques comme la symétrie, une recherche sur l’importance de la biodiversité ou sur les chaines alimentaires, la visite d’un entomologiste et de ses collections, la découverte des cabinets de curiosités, et j’en passe… C’est un sujet riche et original qui nous permet d’observer les petites choses, mais aussi d’en apprendre plus sur le monde fascinant des insectes qui constitue l’apport le plus important du règne animal!

7. Album Rêvasser au soleil d’Urszula Palusinska (éditions les 400 coups).

Un autre album au format intéressant, presque sans texte, mais qui est tout-à-fait unique de par ses plans de vue! En plein cœur de l’été, une petite fille va chez son oncle et observe tout ce qui l’entoure. L’absence de mots nous amène à ralentir le rythme, à observer attentivement les illustrations et à nous questionner à chaque page afin de nous mettre dans la peau d’un personnage différent. On croirait entendre les criquets et ressentir la chaleur intense sur notre peau.

C’est un magnifique album pour travailler les angles, la perspective et les points de fuite en arts. Une promenade à l’extérieur nous permettrait aussi d’initier nos élèves à la méditation en pleine conscience. Une écriture d’un petit paragraphe descriptif en pleine nature serait également une activité pertinente. C’est en tout cas un livre parfait pour terminer l’année scolaire et se souhaiter un bel été, empreint de détente et de lenteur.

Merci à nos partenaires!