S'informer

École en forêt ou apprentissage dehors?

Auteur(e)s : Amélie Monette, les As'soif'fés de nature

École en forêt ou apprentissage dehors?

Forest school (École en Forêt) ou Outdoor learning (Apprentissages à l’extérieur)? Quelle est la différence ? Où se situe la Pédagogie Par la Nature (PPN) parmi toutes ces appellations ?

D’une part, une chose est claire, dans les deux cas le désir est le même : amener les enfants à passer plus de temps à l’extérieur.

Mais comment y arriver? Les deux méthodes auront-elles le même résultat? Pourrions-nous plutôt opter pour un modèle adapté à notre réalité ? Définissons d’abord ces deux expressions et essayons ensuite d’en faire une Pédagogie Par la Nature bien ‘de chez nous’ !

Origines

Depuis le 18e siècle, tous les grands théoriciens en matière d’éducation ont toujours soulevé l’importance de mettre les enfants en contact avec le milieu naturel. De Pestalozzi aux Sœurs McMillilan, en passant par Montessori, Freinet, Steiner et combien d’autres encore, ils sont nombreux à avoir démontré, par leur travail et leurs écrits, les bénéfices à passer plus de temps dehors avec les enfants.

À travers l’histoire, plusieurs initiatives ont aussi vues le jour pour mettre les enfants plus en contact avec la nature, tels les Clubs de Scoutisme, les Outdoor Learning Center et les Clubs Naturalistes. (Mel McCree 2012)

Dans les pays scandinaves où le Friluftsliv ou ‘la vie à l’air libre’ fait partie de la culture et des racines de la société, les premières maternelles en forêt ont naturellement fait leur apparition dans les années 1950 pour parer au manque d’établissements scolaires disponibles. Comme en Scandinavie les apprentissages dits plus ‘formels’ ne se font qu’à partir de 7 ans, le contexte de la forêt était parfait pour les apprentissages par le jeu des jeunes enfants.

Dans les années 1990, les Britanniques ont tôt fait de s’approprier le concept et d’en établir les grandes lignes en établissant ce qui, selon eux, devrait être LE modèle à suivre en matière de Forest School. Le modèle du Royaume-Unis en est un qu’on pourrait qualifier de plus ‘rigide’, les apprentissages tels que la littératie, la numératie, les sciences et l’histoire n’y ont leur place.

Au Canada, ce n’est qu’en 2012 qu’une association canadienne voit d’abord le jour sous le nom de Forest School Canada pour ensuite changer d’appellation pour Child and Nature Alliance. Leur guide FOREST AND NATURE SCHOOL IN CANADA : A Head, Heart, Hands Approach to Outdoor Learning, laisse peut-être entrevoir la raison de ce changement de nom : se distancier d’un modèle rigide pour s’approprier un modèle bien de chez nous. Voyons comment.

Définition : forest school

Le Forest school ou l’école en forêt est une approche centrée sur l’apprenant et où le focus est porté sur le développement holistique de chaque enfant : ses besoins affectifs, physiques, sociaux, intellectuels et émotionnels y sont considérés dans leur globalité. C’est une approche qui met moins l’emphase sur les apprentissages dits plus ‘formels’, mais qui recherche plutôt à connecter l’enfant avec son milieu naturel en lui permettant d’y avoir un contact régulier et de qualité.

Comme on n’y recherche pas un résultat final et immédiat, l’école en forêt s’inscrit dans un processus à long terme où la croissance holistique de chaque enfant se fera à travers une multitude d’expériences significatives qui auront un impact positif et durable sur lui. Les apprentissages s’y font à travers les explorations, le jeu libre et les découvertes guidées par les intérêts et les motivations intrinsèques de chaque apprenant.

L’éducateur y joue plutôt un rôle d’accompagnateur que d’enseignant. Il est un co-apprenant présent pour observer et guider l’enfant à travers ses intérêts et ses découvertes. Un facilitateur qui encourage le développement de nouvelles idées en mettant à la disposition de l’enfant les ressources et le matériel nécessaires ou en posant les bonnes questions qui pousseront peut-être l’enfant à approfondir un sujet de curiosité.

Définition : l’apprentissage à l’extérieur

Quand on pense à ‘apprentissages à l’extérieur’, ce qui nous vient souvent d’abord en tête, c’est un lieu physique. Une belle cour d’école aménagée, avec un endroit où les élèves peuvent s’assoir avec un tableau devant. Un endroit où l’on peut tout simplement transposer le cadre de notre class à l’extérieur. Un lieu somme toute inspirant, puisqu’on en a retiré les murs, et où les élèves peuvent voir la matière prévue au programme tout en profitant d’une nature de proximité.

Les apprentissages y seront basés sur le programme à suivre et la matière à voir. Les objectifs recherchés seront pour la classe toute entière et vont principalement être académiques. Le temps est aussi une contrainte et les possibilités de diverger de sujet sont plus rares compte tenu qu’il y a un objectif commun d’apprentissage à atteindre.

L’éducateur y joue principalement un rôle d’enseignant : c’est lui qui aura planifié en amont la matière à voir et qui la délivrera à ses élèves. Cette approche assure une belle stabilité, un contrôle sur les notions à voir et une gestion de groupe plus facile. Une approche sécurisante qui permet de se familiariser avec le concept d’enseigner à l’extérieur et de gagner en confiance face à cette nouvelle approche. En fait, c’est le premier pas vers ce qu’on pourrait appeler la Pédagogie Par la Nature.

Et si…?

Et si la Pédagogie par la Nature telle qu’on la pratique au Canada était en fait un mélange de l’approche Forest School et des apprentissages à l’extérieur ? Ne pourrions-nous pas tirer le meilleur des deux mondes et en faire une pédagogie adaptée à nos besoins, à notre réalité ?

Une pédagogie qui :

  • éveille à l’éco-responsabilité parfois, mais pas à tout coup.
  • passe au travers des apprentissages dits ‘plus formels’ du programme, mais laisse aussi beaucoup de place à l’enquête et au jeu libre et initié par l’enfant.
  • fait parfois de l’éducation à l’environnement, mais en laissant l’enfant explorer et aller à la découverte de cet environnement et de sa biodiversité.
  • émerge des désirs et des motivations de l’enfant, où ce qui importe ce n’est pas la destination à atteindre, mais plutôt le chemin parcouru pour s’y rendre.
  • se veut expérientielle ou l’enfant peut toucher, expérimenter, se tromper, recommencer.
  • ne fait pas que parler DE nature mais qui prend place DANS la nature, afin de créer une relation durable entre les enfants et celle-ci.
  • n’est pas statique et linéaire, mais en mouvement, en constant changement, comme la nature elle-même.

Bref, la pédagogie par la nature, telle qu’on la pratique chez nous, ne pourrait-elle pas être un moyen d’ancrer nos jeunes dans leur milieu en suivant leurs motivations intrinsèques et leurs intérêts réels afin de graver leurs apprentissages en eux, de manière durable en se servant de la nature non seulement comme contenu ou comme contenant, mais aussi comme moyen ?

Alors,  que préférez-vous : Forest school une fois par semaine et classe extérieure les autres jours? Ou Pédagogie dans et par la nature à tous les jours ?

Sources

Merci à nos partenaires!